Ma liste d’envie du mois de Mars 2016

Film

« The Assassin » de Hou Hsiao-Hsien
assassin

Un film d’arts martiaux dans la Chine féodale avec complots, trahison et amour. Ca faisait longtemps!

Livre

« Ce qu’il reste d’Alice » de T. R. Richmond

« Ce qu’il reste d’Alice » commence par des posts sur un forum étudiant. Plusieurs internautes signalent un accident et se livrent à diverses interprétations.
Progressivement, la réalité se dessine : une jeune fille a été découverte noyée. Le post d’une étudiante met le feu au Net : « C’était une fille de la promo de mon frère qui s’appelait Alice Salmon. Une meuf super. » Ce premier roman repose sur un principe narratif ultra contemporain.

A travers une quête digitale, fondée sur Facebook, Twitter, Spotify, textos et blogs, Jeremy Cooke, l’un des anciens profs de la victime, tente de reconstituer le puzzle de la vie d’Alice. La toile dévoile qu’elle était harcelée, ses relations avec son petit ami étaient compliquées, elle buvait trop…

La force du polar réside dans les détails que livre cette correspondance 2.0. Avec, en filigrane, la vraie nature des relations entre le professeur et son élève, et une vérité qui en dérangera plus d’un…
crédit: elle.fr

Lire un extrait

Yeruldelgger de Ian Manook

Le livre commence sur deux enquêtes. Une fille enterrée vivante et le meurtre de trois chinois. On fait alors connaissance avec Yeruldelgger est un inspecteur mongol hanté par la mort de sa petite fille Kumi.
Si sa femme a sombré dans la folie, et même si son autre adolescente de fille le deteste, Yeruldelgger doit faire face à un ennemi bien plus imprévisible car invisible , qui veut sa mort.

Tout de suite on aime Yeruldelgger, un policier bourru qui ne se laisse pas dicter sa conduite par le pouvoir. Avec lui on va découvrir la Mongolie et en particulier Oulan Bator.

Oulan Bator est une ville qui attire les nomades mais ne peut pas tous les accueillir, ceux qui ne peuvent pas vivre sous des yourtes, vivent dans les sous-sols.
Oulan Bator s’ouvre au monde, mais souffre du pouvoir Chinois en son territoire venu exploiter ses ressources, ce qui développe des réactions ultra nationaliste.
Yeruldelgger va devoir enquêter dans ces milieux au risque de sa vie et affronter ses démons intérieurs pour survivre.

Plus qu’un simple polar, Yeruldelgger est un vrai voyage dans la Mongolie d’aujourd’hui, avec des moines, des chamanes, des chasseurs d’os de dinosaures, … Ce livre m’a éclairé sur la situation géo-politique de ce pays et j’ai vraiment aimé outre l’histoire, qu’il me chasse les idées reçues que j’avais de la Mongolie.

Le diable chuchotait de Miyuki Miyabe

couverture pour l'avis sur Le diable chuchotaitR E S U M E

Après avoir perdu peu à peu son père puis sa mère, Mamoru est recueilli par sa tante maternelle. Croyant avoir enfin retrouvé une famille heureuse. l’oncle de Mamoru est inculpé pour meurtre. Il est accusé d’avoir tué une jeune femme avec son taxi.
Le jeune adolescent de 16 ans voit alors son quotidien basculer à nouveau. Au lycée, les brimades se font de plus en plus sentir. A la maison, sa tante et sa cousine tentent de se raccrocher tant bien que mal à n’importe quel infime espoir. Puis un soir à la suite d’un coup de téléphone mystérieux, Mamoru décide de mener l’enquête pour découvrir ce qui s’est réellement passé cette nuit là.

 

A V I S

Le roman ne parait pas au premier abord comme un policier, mais plutôt comme un roman noir. Un thriller.
L’auteur prend son temps pour mettre en place les protagonistes.
On suit Mamoru dans sa vie quotidienne au lycée, ses amis, ses ennemis, son petit boulot de libraire, ses relations avec son oncle, sa tante, sa cousine. Et même son enfance triste et solitaire.
A force, on finit par voir en Mamoru un ami, on veut l’aider à connaitre la vérité.
L’auteur réussi à donner à Mamoru une personnalité riche et complexe faisant de lui, un personnage attachant.

Continuer la lecture de « Le diable chuchotait de Miyuki Miyabe »

Le Lecteur de Cadavres d’Antonio Garrido

couverture fin lecteur de cadavres poche antonio garridoR E S U M E:

Ci est un jeune homme qui après avoir vécut en ville à Linian, doit revenir dans son village natale.
La campagne ne lui plait pas, il abandonne une vie d’études pour des travaux de paysans. Coincé dans un carcan traditionnel empreint de confucialisme, Ci doit suivre les ordres que lui dicte ses parent et son frère ainé.
Pourtant bientôt, une tragédie va pousser Ci à s’enfuir vers Linian.
Il est difficile de résumer l’histoire car dès le début une enquête policière est menée dans le village. Un homme est mort assassiné et Ci se voit par un désagréable concours de circonstances pris dans un dilemme.

A V I S:

« Le lecteur de cadavres » est un livre passionnant. Il regroupe beaucoup de sujets: l’histoire de la Chine, les moeurs et us & coutumes de l’époque (autour du 13e siècle), des enquètes.
« Le lecteur de cadavres » est tantôt un livre initiatique, tantôt un thriller tantôt un livre ethnographique et historique.

Continuer la lecture de « Le Lecteur de Cadavres d’Antonio Garrido »

Les apparences de Gillian Flynn

Les Apparences Gillian Flynn  Livres
J’adore les thrillers. Comme toute personne raisonnable je les aime d’autant plus quand ils sont bons. « Les apparences » est un de ceux-là.
Au début, je me suis demandé si je ne m’étais pas gouré de genre. L’histoire commençait doucement. Raconté par deux voix, celle de la femme au passé, et celle de l’homme au présent.
Le mari découvre que sa femme a disparu, il appelle la police, mais semble si nonchalant qu’il est vite soupçonné.
En parallèle, l’épouse raconte dans un journal l’histoire d’amour de son couple, elle semble si éperdue d’amour que c’est étrange.

On se demande bien sur qui des deux est fous, essaye de nous manipuler ou si on ne devrait pas juste se laisser faire par l’auteur et nous emmener là où il veut nous emmener. Ce que j’ai fini par faire. J’ai arrêté de me poser des questions et j’ai juste dévorer cet excellent thriller.

La dernière partie n’est pas commune, ce n’est pas le genre de livre, où il y a un bon et un méchant, que que le gentil finit par avoir la peau du méchant. Non, ça ne finit pas vraiment comme ça. Mais j’ai trouvé qu’il aurait mieux fallu qu’il y ai une fin de ce type qui me semble plus vraisemblable que celle choisit par l’auteur. A part ça, j’ai franchement pris beaucoup de plaisir à lire « Les Apparences ».

Sypnosis:

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s’installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L’enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu’il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu’elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d’autres plus inquiétantes. Après Sur ma peau et Les Lieux sombres, Gillian Flynn nous offre une véritable symphonie paranoïaque, dont l’intensité suscite une angoisse quasi inédite dans le monde du thriller.

Une nuit de trop

de James Patterson.

Pour résumer, ce thriller pourrait ressembler à un scénario de téléfilm sur M6:
« Lauren décide un jour de rendre visite à son mari à son lieu de travail pour l’inviter à dejeuner. Elle le voit sortir de l’immeuble au bras d’une blonde incendiaire et décide de le filer. Quand elle s’aperçoit qu’ils se rendent à l’hotel, alors, ni une ni deux, Lauren décide elle aussi de se venger. Elle couche avec un collègue de boulot qui lui fait du bringue depuis un moment. Mais l’amant se fait tuer par son mari, sous ses yeux… »

Mise à part quelques petites incohérence au niveau du scénario, et de la stupidité de Lauren (brillante inspecteur de police? peut-être pas, mais très débrouillarde) l’intrigue marche! Toutes les cinquante pages, un nouvel élément fait rebondir le récit, et jusqu’à la dernière page, on est tenu en haleine. Ajoutez à ça une écriture très simple, sans chichi, très visuel, fait que ce roman se lit très vite.
C’était le premier livre de James Patterson que je lisais, et ma foi, j’ai bien aimé. C’est exactement le genre de livre qu’on achète pour ne pas se prendre la tête. Ce qui n’est pas péjoratif, au contraire, le livre ayant d’abord vocation à distraire.

Monstrueux de Natsuo Kirino

monstrueux natsuo kirino

Ma sœur Yuriko était un monstre. Une beauté époustouflante, anormale. Elle nous méprisait, ma mère et moi. Seuls les hommes l’intéressaient. Quand elle avait quinze ans, le lycée de Tokyo tout entier lui est passé dessus. Elle pensait réussir grâce à son corps. Son cadavre a été retrouvé dans un meublé crasseux. Aujourd’hui, on me demande de témoigner…

Avec une telle présentation de l’éditeur sur la 4e de couv’, je me suis attendue à quelque chose qui au final n’était vraiment ça. Mais le plaisir de lire cet auteur à nouveau, après Out (que j’avais déjà commenté), est toujours là! Il s’agit d’un roman qui met en scène des femmes qui encore une fois, ayant du mal à trouver leur place dans cette société japonaise, développent des névroses très fortes. Il est intéressant de noter à quel point, le milieu scolaire japonais déjà largement décrit dans les mangas exerce cette pression auprès de ces lycéens fragiles.

Yuriko et Kazue sont deux prostituées qui sont retrouvées mortes. Après enquête, on s’aperçoit qu’elles avaient fréquentés le même lycée de Tokyo. Un lycée prestigieux. Il ne s’agit pas tant de savoir qui les a assassiné mais plutôt d’apprendre comment elles en sont arrivés là. Deux filles bien différentes, Yuriko était d’une beauté telle que sa soeur, la narratrice principale, était convaincue qu’un monstre était enfoui en elle. Mais bientôt Yuriko prend elle aussi la parole et nous dévoile quelle personne sa jolie soeur était en vérité…