Fairy Tale d’Hélène Zimmer

Couverture livre Fairy Tale d'Helene Zimmer Je suis en train de lire un roman français, le premier depuis un long moment… La faute à Marie-Claire, je feuilletais un numéro de ce magazine quand je suis tombé sur un article faisant la promotion de leur Prix Roman 2017: Fairy Tale. La façon dont leurs journalistes en parlait m’a donné envie de lire cette fiction.

Pour commencer, Fairy Tale est vachement bon, l’écriture très contemporaine, relate la vie de famille de Coralie coincée dans un boulot de vendeuse et ses trois enfants qu’elle doit élever malgré un conjoint au chômage de longue durée.
Leur quotidien ressemble à celle de milliers de familles en galère. Coralie doit faire face à un patron odieux, prêt à lui donner un blâme dès la première minute de retard. Imaginer comment finir les fins de mois avec un salaire et les allocations chômage de son compagnon, gérer des enfants envahissants et une adolescente difficile, supporter les voisins « bourges »,…
Coralie prends toute la famille en charge, ainsi que son mec en l’inscrivant à son insu à une émission « Fairy Tale » qui doit lui trouver un travail.

Même si l’ensemble donne un aperçu d’une famille en difficulté. J’ai toutefois été gêné par moment par le langage vulgaire utilisé par Coralie (et du même coup par l’auteur). Je me demande si vraiment il y a des gens qui parlent aussi crument devant leurs enfants, à leurs amis, à leur conjoint?
Pareil, certaines scènes ont l’air d’avoir été exagéré, peut être pour mieux montrer les conditions et le milieu social où évolue Coralie? Entre camping rempli de beaufs, aire d’autoroute crade et chaine de restaurant suitant le gras, l’auteur réussit à décrire un univers que je n’ai pas envie de connaitre, mais qui malheureusement existe surement.

Enregistrer

Une pensée sur “Fairy Tale d’Hélène Zimmer”

Les commentaires sont fermés.