Not that kind of Girl de Lena Dunham

Not that kind of girl - Lena DUNHAMPour une fois la question n’est pas par « où » mais « comment » commencer?
D’abord, je dois dire que la seule raison qui m’a poussé à lire ce livre est le club de lecture mensuel d’A beautiful Mess. Je n’y participe pas tous les mois, j’y ai juste lu « Nos étoiles contraires« .
Mais je connaissais l’auteur pour avoir regardé sa série « Girls » et j’appréciais son personnage inspiré d’elle-même.
Alors oui, avec sa couverture jaune et son titre qui nous promet qu’elle n’est pas « ce genre de fille » je me suis laissé faite avoir.

Structure :

« Not that kind of girl » est un livre décousu. Pour une autobiographie, on s’attendrait à un récit linéaire dans le temps. Ce n’est pas le cas. Lena, peut nous raconter son enfance et sa relation avec sa soeur puis passer à sa vie d’étudiante pour ensuite revenir nous raconter d’autres moments de son enfance. Ce n’est pas gênant en soit, ces retours en arrière, mais il n’y a pas forcément de cohérence.
Pour donner un ensemble plus lisible, les souvenirs ont été rassemblés en 5 grandes parties. L’amour et le Sexe, Le corps, l’Amitié, Le Travail et Le Grand Tout, mais malgré ça, par exemple dans la partie consacré à sa vie professionnelle on reste un peu sur sa faim (en même temps elle n’a pas encore une longue carrière…), alors elle meuble avec autre chose…

Langage:

Barry me guide jusqu’au parking. Je lui demande de tourner la tête. Je baisse mon collant pour faire pipi et il me fourre ces doigts dans la fouffe, comme s’il voulait me brancher sur un secteur. Je ne sais pas si je ne veux pas ou si je ne peux pas l’en empêcher

Si je parle de ce livre, il faut aussi que je parle de la langue employée par Lena. Elle est crue, surtout de la première partie du livre (qui commence par « L’Amour et le sexe »). Elle appelle son sexe par son nom, elle parle librement de sa sexualité, de son corps et de son rapport à son corps. Lena est féministe, pour elle cela passe aussi par la non-honte de parler de ces sujets. Elle ne nous cache rien: La façon dont le sexe d’un amant peut être flasque, ou qu’elle scrute son maillot à la recherche de poil incarnés pour passer le temps, etc, je vous passe les autres joyeusetés..

Fond et contenu:

Qu’y a-t-il alors exactement derrière ces mots, cette Lena Durham? On apprend dans le livre, comment elle s’est construite. Lena a toujours l’air de courir derrière (le pénis d’)un mec. Elle va de déconvenue en déconvenue, personne n’a envie d’elle, mais elle s’accroche quand même, à chaque fois elle espère. Et à chaque fois, le garçon disparait/simule une fausse mort/s’invente des excuses. Elle nous parle de son végétarisme, de ses amies, de son métier de réalisatrice. Tout ça est quelque fois bien ennuyeux. Je me suis demandée, pourquoi lisais-je ce livre? Qui n’est pas un livre à mon sens, mais plutôt le journal intime des journées d’une new-yorkaise.

L’ensemble (conclusion):

Lena a le même age que moi, mais elle a grandit à New-York. A aucun moment, je n’ai pu m’identifier à elle. Pas parce qu’elle n’est pas une fille comme les autres, mais parce que son univers et le mien ne concorde pas. Lena est exactement la fille qu’on imagine quand on la voit dans sa série « Girls ».
Je me suis très souvent ennuyée. On ne peut pas dire que sa vie soit sans intérêt mais le contraire n’est pas vrai non plus, et on se dit qu’elle aurait mieux fait de s’abstenir de publier cette autobiographie.

2 réponses sur “Not that kind of Girl de Lena Dunham”

    1. Merci Marie-Claude pour ton commentaire, j’ai lu ton article et je vois qu’on est effectivement d’accord sur ce livre, qui n’a pas beaucoup d’intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *