Nos étoiles contraires de John Green

Le écrit par 0 commentaire

Nos étoiles contraires de John Green livresJ’aime bien trainer sur A beautiful Mess (ou ABM pour les intimes). Les deux soeurs blogueuses d’ABM ont lancé en 2014 un club de lecture en ligne. Le mois de Janvier il s’agissait d’un livre non traduit, mais celui de février existant en français, j’ai décidé de participer.
« Nos étoiles contraires » raconte l’histoire d’amitié et d’amour de deux adolescents salement amoché. Hazel Grace, n’a plus de poumon à cause d’un cancer de la thyroïde doit trainer sa bouteille d’oxygène où qu’elle aille. Augustus Walter, lui, star de basket-ball de son lycée a perdu une jambe à cause de son cancer.

On m’avait promis rire et (beaucoup) larmes. Je n’ai pas rigolé une seule fois, et encore moins pleuré. Pourtant il y en a des malheureux dans cette histoire et des situations malheureuses. Mais les larmes ne sont peut être pas venus, parce que je n’ai pas senti  que c’était une histoire sur la douleur mais plutôt sur deux adolescents issus de milieu différents qui par leur situation se retrouvent confronté aux mêmes soucis :
Les parents, la maladie, le regard des autres, les anciens amis, l’école, les petits amis, les émois amoureux.

Leur passion commune pour le livre « Une Impériale Affliction » va les amener à Amsterdam. On (re-)découvre ainsi avec des yeux d’ados américains la capital hollandaise. Cette image de l’Europe où tout est construit par des gens déjà mort, où tout en beaucoup plus vieux que ce qu’ils ne seront jamais. C’est un passage assez triste et en même temps gai, car on est aussi émerveillé qu’eux de vivre le printemps hollandais à la recherche de ce qu’à bien pu devenir Mr Tulip (un des personnages de leur livre préféré), mais la maladie est toujours présente et ce fait encore plus ressentir.

« Nos étoiles contraires » est loin d’être un livre joyeux. Il ne m’a pas mis non plus fait sortir de mouchoirs, mais il a quand même eu l’intérêt de me montrer que la vie même si elle pouvait se montrer très cruelle, à l’image des deux héros du livres, on peut choisir de rire de ces malheurs. Ce livre au final m’a surpris, car je n’étais pas convaincu ni par le style ni par l’histoire quand j’ai commencé. Au fur et à mesure, j’ai compris que je n’avais jamais su (et espère ne jamais comprendre) ce que c’est que de vivre avec une épée de Damoclès au dessus de ma tête. Sentiment  très bien rendu dans ce livre.

à lire; l’avis d’Emma sur « Nos étoiles contraires » (en anglais)

S P O I L E R : attention ne pas lire le § ci-dessous si vous ne voulez pas gâcher votre lecture
Concernant Peter Van Houten, l'auteur d' " Une impérial affliction"  je trouve dommage que John Green n'ai pas plus développé ce pan là. On se doute un peu que Peter Van Houten est Mr Tulip, personnage riche et pourtant antipathique, de même qu'Anna est sa fille décédé. J'aurais voulu en savoir plus, notamment sur la mère d'Anna, on imagine qu'ils se sont séparés, mais qu'est-elle devenue?
 Il faut croire qu'Hazel m'a communiqué sa curiosité à ce propos

Dernier jour pour s’incrire à un Swap

Posted on by 0 comment quote

Category: Tous | Tags: ,

Charles Dickens sur Arte

Posted on by 0 comment gallery

Jeudi dernier sur Arte, j’ai regardé avec vif intérêt « Le Mystère d’Edwin Drood », vous pouvez lire ici l’article qui m’avais décidé à passer ma soirée devant cette adaptation de Charles Dickens. Je ne connaissais pas le récit, et j’ai été agréablement surprise. Comme je ne pourrais pas faire un meilleur éloge de cet épisode que l’article que j’ai cité précédemment, je vais m’abstenir. Si vous l’avez raté, il est rediffusé mercredi 05 mars 2014 à 13h45

Mais ce jeudi 06 mars, une superbe adaptation « Des grandes espérances » pour clore le cycle Charles Dickens en programmé sur Arte, voici quelques images, et il est inutile d’ajouter que je serais devant mon petit écran :)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Previous Image

Les apparences de Gillian Flynn

Le écrit par 0 commentaire

Les Apparences Gillian Flynn  Livres
J’adore les thrillers. Comme toute personne raisonnable je les aime d’autant plus quand ils sont bons. « Les apparences » est un de ceux-là.
Au début, je me suis demandé si je ne m’étais pas gouré de genre. L’histoire commençait doucement. Raconté par deux voix, celle de la femme au passé, et celle de l’homme au présent.
Le mari découvre que sa femme a disparu, il appelle la police, mais semble si nonchalant qu’il est vite soupçonné.
En parallèle, l’épouse raconte dans un journal l’histoire d’amour de son couple, elle semble si éperdue d’amour que c’est étrange.

On se demande bien sur qui des deux est fous, essaye de nous manipuler ou si on ne devrait pas juste se laisser faire par l’auteur et nous emmener là où il veut nous emmener. Ce que j’ai fini par faire. J’ai arrêté de me poser des questions et j’ai juste dévorer cet excellent thriller.

La dernière partie n’est pas commune, ce n’est pas le genre de livre, où il y a un bon et un méchant, que que le gentil finit par avoir la peau du méchant. Non, ça ne finit pas vraiment comme ça. Mais j’ai trouvé qu’il aurait mieux fallu qu’il y ai une fin de ce type qui me semble plus vraisemblable que celle choisit par l’auteur. A part ça, j’ai franchement pris beaucoup de plaisir à lire « Les Apparences ».

Sypnosis:

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s’installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L’enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu’il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu’elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d’autres plus inquiétantes. Après Sur ma peau et Les Lieux sombres, Gillian Flynn nous offre une véritable symphonie paranoïaque, dont l’intensité suscite une angoisse quasi inédite dans le monde du thriller.

Se prendre pour Sherlock Holmes

sherlock holmes

source : Flickr

Fans de Sherlock Holmes terrés dans l’Ohio, oyez oyez! Même si je doute qu’un jour vous passiez par ce blog mais sait-on jamais des fois qu’un français ou même un américain tape dans Google « Sherlock Holmes Ohio » on lui réponde qu’il y a une super exposition sur ce personnage de fiction au Center of Science and Industry à Columbus.

Sherlock Holmes très à la mode en ce moment, d’ailleurs quand ne l’a-t-il jamais été?

Bref à signaler l’article du New-York Times sur cette expo et croisons les doigts pour qu’elle atterrisse prochainement en Europe

Visitons ensemble la British Library de Londres…

Voici une idée original de visite à Londres, la British Library. Pour ceux qui ne sont pas du milieu, des bibliothécaires et autres documentalistes, disons que la British Library est l’équivalent … non laissez tomber.
Mais pour les néophytes, l’intérêt de visiter la British Library c’est qu’elle recele des trésors inestimables pour les amoureux des livres.
Je vous laisse découvrir en lisant l’article sur le site de Madmoizelle

Vengeance en Prada VS Coeurs-brisés.com

Le écrit par

avis livres Vengeance en Prada et Coeurs-brises.com

Qu’est-ce qu’on ferait pas pour un peu de Chick Litt’ hein?
Eh oui, j’avais envie de lire quelque chose de pas sérieux du tout, de léger, alors je me suis tournée avec facilité vers la Chick Litt.

J’ai cédé au battage médiatique, j’ai lu (enfin j’ai essayé de lire) « Vengeance en Prada: le retour du diable » de Lauren. Weisberger. J‘ai du rendre les armes avant la 100e page , ou est-ce avant?

Tout l’intérêt du « Diable s’habille en Prada », le premier volume, est le personnage du diable, Miranda Priesley, le patron d’Andy. Or, point de diable à l’horizon dans ce second volet, il est juste évoqué. On n’est plus dans l’univers du travail impitoyable, mais celui de la vie amoureuse: Andy essaye de savoir si oui ou non son futur mari la trompe. Je dois dire que franchement, je n’en ai rien à cirer, tout ce que je voulais c’était revoir Miranda!
J’ai eu l’impression de mettre fait avoir, que l’auteur surfait sur la marque qu’était devenue « Le diable s’habille en Prada » pour nous sortir un roman.

C’est un peu dépitée, que j’ai lu « Coeurs-brisés.com » d’Emma Garcia. Même si le personnage principale était parfois une vraie casse-pied prête à se faire plaindre quand son fiancé préfère épouser une autre, j’ai réussi à aller jusqu’au bout. Parce que même si c’est déjà vu, qu’on voit les grosses ficelles du récit, c’est bien amené.
Chaque personnage est une espèce de stéréotype: Le meilleur ami artiste, l’assistante férue de mode, la meilleure amie business woman nymphomane, le fiancé sortit d’un pub Ralph Lauren, bref, mélanger tout ce joli monde et vous avez une histoire sympathique prêt à consommer.

Categorie: Etranger, Tous | Tags:

Quelques lectures interessantes sur d’autres blogs #6

Voici la reprise de la rubrique que j’avais délaissé en même temps que ce blog en 2009.

Vous pouvez bien entendu relire les épisodes #1, #2, #3, #4 et #5

7 sites pour vous aider à choisir votre prochain livre

Post en anglais qui vous donne l’adresse de 7 sites internet qui vous aideront selon vos goûts à choisir d’autres livres qui vous plairont.
Lien: 7+ Sites To Help You Decide Which Book To Read Next

Les lookalikes

Je suis sure que cela vous ai déjà arrivée face aux multitudes de couvertures de livres, de vous dire que cette couverture ne vous ai pas inconnue? Eh bien Alea, l’auteur de Pop Culture, présente dans sa rubrique Lookalike, les couvertures de livres qui se ressemblent. Elle en a répertoriés 176 à ce jour, comme quoi dans certains cas, les éditeurs (étrangers) ne se foulent pas beaucoup pour vendre …
Lien: LookaLikes

Time to read manga

Blog de Puce, propose une nouvelle façon de discuter des mangas, c’est un club de lecture nouvelle génération quoi!
Grâce à Twitter avec le hashtag #timetoreadmanga, vous aussi vous pouvez participer!
Lien: Le projet Time to read manga de Blog de Puce

Alerte pour le Masque et la plume

Voici une recette IFTTT pour recevoir une alerte quand un nouveau podcast de l’émission le Masque et la plume est disponible.
L’intérêt de l’alerte par rapport à un flux RSS, est d’avoir le sommaire de l’épisode sur son téléphone ou par mail. Ce qui est bien pratique quand on ne s’interesse qu’à la partie livre par exemple.
Pour ceux qui connaissent pas IFTTT, il s’agit d’un service d’automation. Vous créez des mashups avec différents services webs, c’est gratuit! En gros, IFTTT travaille à votre place

IFTTT Recipe: M'envoyer par mail la programmation du podcast du #masqueetlaplume de #franceinter à chaque nouvelle

Category: Tous | Tags:

D’autres livres faciles en français pour un étranger / Easy book to read in french

Il y a quelques années j’avais déjà écrit un post proposant une liste de 10 livres en français.

J’ai décidé d’agrandir la liste avec d’autres livres que je trouve non seulement facile d’accès pour un étranger mais aussi d’un intérêt culturel.

french book easy to read

1/ Les livres de David Foenkinos: Ils sont courts, facile à lire et souvent drôle. Ils relatent des histoires de couples dans lesquels on peut facilement se reconnaitre. Je recommande particulièrement « Nos séparations » et « La délicatesse »

2/ « L’étranger » de Camus, ainsi dans une large mesure tous ses romans (La Peste et La chute par exemple). Camus a ce pouvoir de raconter une histoire forte avec une économie de mot.

3/ « Bel Ami » de Maupassant, est une histoire courte, un classique certes mais écrit dans une langue très accessible. Et le récit si prenant qu’on aura du mal à décrocher puis impossible d’oublier le personnage odieux de Georges Duroy

4/ Plus récemment, et plus dans l’actualité littéraire: « Moment d’un couple » de Nelly Alard, dont j’ai dit le plus grand bien dans mon article !

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

Dans les forets de Sibérie Sylvain Tesson avis livreCe livre avait pour moi l’idée de l’originalité et un goût de voyage. Amateur des paysages enneigés et parfois désireux de retraite, j’imaginais me plonger dans ce récit pour le vivre comme par procuration dans un lieu qui m’est étranger.

Toutefois, je dois dès maintenant préciser que – chose râre – j’ai abandonné la lecture de cet ouvrage. Si l’on en apprend un zest sur les russes (ce qui n’est pas inintéressant), je trouve néanmoins qu’il y a trop de redondances. Le récit organisé jour par jour tourne vite en rond. Du reste, à bien y réfléchir, comment aurait-il pu en être autrement dans la mesure où il consiste à décrire chaque journée passée en solitaire dans une isba perdue dans les forêts de Sibérie ? En clair, les jours se suivent et se ressemblent et, au fur et à mesure, cela devient répétitif et donc lassant. En outre, il me semble que l’auteur s’emploie à décrire ce qu’il vit avec moult métaphores pseudo-poétiques. Or, cela a tendance à alourdir plus encore l’ouvrage et ce d’autant plus que le style tout comme lesdites métaphores ne sont pas souvent simples d’accès…

%d blogueurs aiment cette page :